Pourquoi préfère-t-on installer un spa chez nous ?

Depuis quelques années, les piscines ont tendance à moins se vendre au détriment des spas. Désormais, les gens préfèrent installer des bains bouillonnants plutôt que des grands bassins dans le jardin. Pourquoi cette préférence ? Quelles sont les raisons qui poussent les acheteurs vers ce choix ?

Le spa nécessite moins d’entretien

C’est très certainement la première raison qui pousse les particuliers vers les spas. Le bassin étant beaucoup plus petit, il se nettoie très rapidement et ne nécessite pas beaucoup de produits d’entretien. D’ailleurs, le premier accessoire pour spa que l’on achète, c’est la couverture pour éviter que l’eau ne se salisse avec la poussière, ou les feuilles. Les filtres s’encrassent moins vite et se changent donc moins souvent que pour une piscine traditionnelle.

Ils sont plus rentables

Généralement, on n’utilise sa piscine que durant la saison chaude. Or, depuis quelques années, le beau temps se fait capricieux. Les gens constatent généralement qu’ils peuvent profiter de leur piscine seulement de juin à septembre. Ils regrettent souvent le manque de rentabilité de leur investissement. Le spa, quant à lui peut-être utilisé toute l’année, y compris en hiver. Il est d’ailleurs très agréable de se trouver dans l’eau chaude alors qu’il neige autour. Certains décident même de l’installer en intérieur dans le salon ou dans une pièce dédiée au bien-être.

Un véritable instrument de détente

Aujourd’hui, ce que les gens recherchent avant tout, c’est de pouvoir se ressourcer. Certes, la piscine est agréable pour passer des après-midi à jouer ou à nager. Mais on se lasse très vite de cette activité. Si les gens installent un spa chez eux, c’est pour pouvoir profiter de quelques minutes de calme et de détente à n’importe quel moment de la journée, et particulièrement en rentrant du travail pour évacuer le stress de la journée. Les jets ont un effet massant sur tous les muscles du corps, ce qui a des répercussions positives sur notre bien-être, aussi bien physique que mental.

Les évolutions de la chirurgie esthétique

Le “sans glu” à la loupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *